Shurik'N
FUGITIF (SHURIK'N)
- 1998 -



Fugitif (Shurik'N) (3'27)
Shurik'N / Shurik'N
Disponible sur Où je vis


Paroles

"Bon, messieurs, comme nous en avons été informé ce matin,
notre vieil ami est vivant, en bonne santé.
Oui, c'est exact, et vous ne le trouverez jamais.
Il est trop malin."


Je baptise un nouveau stylo
Signe ma feuille immaculée
La Vierge n'est plus
Mordu d'arts martiaux, trop de styles aux
Devants de la scène, pile au premier rang
Je capte et retranscris les faits
Tel est mon lot
Montreur de mots, diseur d'images
Ouvreur de cages, compteur des mots
Ecrire ma rage sur page
Vomir ma noirceur
En live des canivaux, un roi sans vassaux
Un capitaine coulant avec son vaisseau
Un rien qui dérange sur moi
Ils braquent leurs faisceaux
Là, je disparais, subtile jusqu'à l'invisible
Efface les traces sauf celles faites
Au feutre à bille indélébile, sur vinyl
Je me fous de savoir qui s'en souviendra
Ce qui compte, c'est l'ici et maintenant
Pas ce qui se passera dans dix ans
Sans chichis, une vérité défèrle, amère est mon verbe
J'écris souvent mes vers sur les nerfs
Acerbe, je balance mes tripes sur clairefontaine
Au feeling
J'aime pas le travail à la chaîne
Digne et si je ne t'aime pas
Je ne dirai pas que je t'aime
Ca gène et c'est ce que j'aime : râler
Dire ma vérité, irriter, rester
Un haut-parleur sur on toujours prêt à brailler
Trop de choses à dire, pas le temps de pendre
Au bout d'une canne à pêche
9.8. un fugitif
Toujours sur la brèche

Refrain :
Ils ont voulu me piéger
Mais j'ai filé, esquivé les filets, assiégé
Ne croyez pas que je vais me défiler
Je reste un fugitif, futé, affuté
Une caméra, le mirador
Ne ferme qu'un oeil quand Marseille s'endort

"Qui es-tu ?"
Un fugitif
"Qui es-tu ?"
Un haut-parleur trop souvent placé au centre du viseur


Les mots sont la voix du coeur
Le coeur, une voie pour les mots
Parfois les bras portent de la rancoeur
Les mains deviennent des marteaux
Plante ton cul pour éviter les pieds
Gaffe où tu les mets
Le piège se ferme avant que t'ait pu dire mon fils...
Se fier à qui, à quoi
Les temps sont durs
On croit qu'en soit
Avant que la vie, mais à l'usure
J'en colle cinq sur ta figure
Faché sur feuille, je peux pas falcifier les faits
Les faits me gardent
Mais j'oublie pas que jadis je fus fauché
Garder les yeux ouverts
Survivre en point de mire
Trop souvent les fermer dans un soupir
Ca lasse les pires, ça tue le devenir
Brisé par le ressac d'en haut
Les barques chavirent
Faut bien le dire
Avant que ça empire
Tenter de sauver le navire
Je donne ma vérité à froid
De la basse cour des miracles
Comme un crochet gauche, foie
Comme Diméco qui tacle
Prêt à mouiller le maillot sans compter
On joue à une touche
Et si c'est louche, on laisse filer en touche
Le franc lourd, ça fait couler
Souvent sauvé par les gibaules
Tu trouves ça drôle
Mais crois-moi, quand t'as peur, tu voles
Y'a pas besoin de fumer, filmer
Transcris, mémoriser, clamer
Les infos naissent quand le jour se lève
Et meurent quand le rêve naît, et là j'entre en scène
Trente-cinq au poing, bute dans la poche
Fouille chaque recoin, tout ce qui cloche
Sera sujet demain, les pontes me donneront la chasse
Pour rien
Un fugitif, toujours en place
Toi-même tu sais gamin

Ils ont voulu me piéger
Mais j'ai filé, esquivé les filets, assiégé
Ne croyez pas que je vais me défiler
Je reste un fugitif, futé, affuté
Une caméra cachée à l'affut
Observateur à chaque coin de rue

Refrain

"Il sort de notre périmètre, il sort de notre périmètre..."



Informations complémentaires

Chanson inspirée par le film "Le Fugitif" avec Harrisson Ford et Tommy Lee Jones.

Une chanson d'IAM sur "Ombre est lumière" porte le même titre.





> Mettre à jour la chanson [admin]
> Liste des chansons