Kéry James, Rocca, Hamed Daye et Shurik'N
ANIMALEMENT VOTRE
- 1999 -



Animalement votre
Kéry James, Rocca, Hamed Daye, Shurik'N
Disponible sur Première Classe, Une spéciale pour les halls


Paroles

La rage qui m'habite brisera vos murs,
que l'Etat suce ma bite, j'ai endossé l'africaine armure
Avec ta France, je n'ai aucun lien de parenté, je suis pas de tes fils,
J'ai vécu dans la promiscuité avec les fils du vice,
vision chaotique d'une situation diabolique
L'histoire à fait de moi Kéry James le mélancolique
Je suis de l'esclave, le fils, je t'annonce la couleur d'office,
D'office, je nique ta police, ta justice et 3 fois 6.6.6stème,
Je ramène de ma rue ces pensées extrêmes,
Faudrait que tu te renseignes, on rêve de saigner la droite extrême
Seul le Tout-Puissant, bien veillant et omniscient,
Dispose de mon souffle, de mes forces et de mon sang,
je pourrais même y laisser ma vie
A venir obscurci, l'Etat m'a soumis un préavis
Mais je suis hostile à toute forme de compromissions
Sans prétention, comme dans le passé, je suis sur une mission
Chacun sa vision, voilà mon avis
Mais notre vision n'est peut-être que le reflet de ce que l'on vit
Ici, j'ai vu trop d'horreurs, pas assez vécu de bonheur
Ma conscience m'a dénoncé cette vie de malheur
Mon passage sur terre ne pourrait lui-même n'être qu'un leurre
Je serais jamais heureux parce que ce système c'est le leur
J'ai peur et rêve que mes frères prennent de l'ampleur
Puis quand j'ouvre les yeux, ce n'est pas que de rage que je pleure
Mais de déception, c'est bleu, blanc, rouge comme le sang des nôtres
Cette France n'est pas amicalement nôtre

Refrain :
Et tu crois, que ton intégration on y croit, mais tes actes raciste ont pris du poids
Animalement vôtre, ton pays c'est pas le nôtre
Moi et mon armée on dévore tout et la tienne tombe et se vautre
A chacun de mes pas, ton regard posé sur moi,
Me blesse comme si tu me pointais du doigt, et tu crois
Que viennent ceux qui tiennent à essayer de nous dévier
La fureur dans les gènes, qui peut stopper un homme décidé ?

Mes yeux saignent de rage, de lourdes larmes creusent les joues de mon visage
Drames, sur le macadam , Panam rassemble des milliers de rêves brisés
Ca me suffit, je plains les jeunes que le système condamne
Je calme le jeu, sauve mon âme des flammes du mal qui me réclament
Je rêve d'évasion, de fuir ce béton qui m'emplatre chaque jour un peu plus
Cherche au fond des yeux de mes parents le force de tenir encore plus
Au mic, conscience, refoulement donc ça crame dans les halls
La violence a toujours été la parole du pauvre
Ma voix c'est la mélancolie, de l'espoir qui m'alimente, Columbia, América Latina Represent

Represent, c'est ce foutu mal de pays qui me hante
Je rentre par effraction dans un système qui me veut une mort lente
Annule mes origines, ma culture, ma langue d'origine
Puis quand je n'aurai plus rien, on me parquera loin des villes
Je serais loin de mon vrai pays et près de celui qui m'a trahi
Je veux pas mourir déraciné dans l'oubli, j'viens des T-6
Je vous l'avais dit, on fera notre place dans ce pays

Je suis pas Zorro (non, juste un grillé)
Elevé au pain même pas grillé
Pris au collet, je prie et puis, j'suis devenue Mc qui rigole pas
Fallait qu'ils sachent mon nom, sûr, fallait que je sois dur
Plus cruel que le sort qui pousse nos père à la truelle
Et je cure mon mal par des mots man, ma rage reste au top des hits,
Sur micro et mam est fière de son minot man, ma voix loin des mythomanes,
Je brave les cons, les pantins que ça fait chier
de voir un noir dire ce qui ne va pas dans leurs patelins
Ce pouvoir est un devoir que je fais mien,
ma couleur fait qu'il faut que sois mieux que les autres
Et si je me vautre, faudra que je me sorte plus vite que les autres
Je garde en tête que les nuls sautent,
combien d'orgueil ont courbé le dos pour un bout de plastique
Combien bannissent toute éthique, je rappe pour ma souche, bébé
Y'a rien de louche dans mes affaires, je sais ça paraît flou de la part d'un basané mais
Mes 10 années de rimes arrosent les fleurs
sur les tombes de ceux qui ont pris un pause trop tôt,
Fini, une vie pas rose, trop de doses, enkilosent les choses,
dans la tête explosent plein de truc moroses
Les neurones pètent, chanceux sont ceux qui dealent des proses pour des chèques
Qui taffent avec fierté, tente de servir d'exemple,
fallait oser, aller, je lève mon verre à ceux qui sont allés

Refrain

J'ai passé 20 ans de ma vie à trimer,
Tu sais ce que c'est de se réveiller 2 heure avant que le soleil songe à se lever
Voir la lampe te flamber les yeux comme une sentinelle,
Et les gouttes des fuites du robinet qui te martèlent telles une truelle

Et voir ton boss, un boulard qui te parle, fonce-dé au pinard,
T'ordonne d'aller sur chantier sinon t'es tricard, pour ta paye de smicard,
Un cauchemar, chaque jour que Dieu fait, mais bohnomme, on encaisse tout,
On a pas le temps d'aller se plaindre au prud'hommes
On somme, boum, la seule joie qu't'a c'est de voir ton môme grandir chaque jour
Et voir ta souffrance qui endure pour devenir demain quelqu'un qu'on respecte
Non celui qu'on suspecte, mais celui que les teur-inspect regrettent de voir dans leur registres
Parce que le mec est classé net, je te parle pas du remake de Scarface cette fois-ci
Je connais le dos des cartes alors je mise tout sur mon s-fi
Un missile que personne pourra désamorcer, stopper ou désaxer de sa mission
OK, j'accéderais peut-être pas avec lui au Panthéon,
Mais damain son regard brûlera d'1 seul coup toute ta nation
Je le dis à la surface de ton rejeton, donc mec fais bien attention

Et tu crois, que ton intégration on y croit, mais tes actes raciste ont pris du poids
A chacun de mes pas, ton regard posé sur moi
Me blesse comme si tu me pointais du doigt, Animalement Vôtre
Et tu crois
Moi et mon armée on dévore tout et la tienne tombe et se vautre
De surcroit, la tension s'accroît, Mes frères en ont marre de porter la croix, et tu crois
Que viennent ceux qui tiennent à essayer de nous dévier
La fureur dans les gènes, qui peux stopper un homme décidé ?




> Mettre à jour la chanson [admin]
> Liste des chansons